Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Session CA04 : L'agriculture de montagne est d'utilité publique

Invité d'honneur de la dernière session de la Chambre d'agriculture 04, le premier vice-président de l'APCA Jean-Louis Cazaubon a notamment insisté sur la nécessité pour l'agriculture de montagne de mettre en place des filières territorialisées.

«L'agriculture a-t-elle un avenir ? Je réponds oui ». Un propos résolument optimiste tenu par Jean- Louis Cazaubon lors de la session de la Chambre d'agriculture 04 qui s'est tenue le 22 février dans les locaux de l'organisme consulaire. Le président de la Chambre d'agriculture des Hautes-Pyrénées et premier vice-président de l'APCA (Assemblée permanente des chambres d'agriculture) était en effet l'invité d'honneur de cette réunion de travail au cours de laquelle il a été interpellé sur les nombreux points de fragilité de l'agriculture départementale.

De la prédation à l'irrigation

A commencer par la prédation, qui a été l'occasion pour le président de la Chambre d'agriculture 04 Frédéric Esmiol de rappeler qu'un seul loup coûte « plus de 70 000 euros par an à la collectivité » (lire à ce sujet notre dossier dans l'Espace Alpin 296). Un poids financier de plus en plus difficile à supporter : « le financement des aides aux éleveurs n'est pas garanti pour la fin du programme », a alerté le président de l'organisme consulaire.
A cela, il faut ajouter la problématique de la gestion de l'eau et de l'irrigation dans un contexte de dérèglement climatique associé à « une réglementation de plus en plus contraignante », alors que « l’agriculture irriguée c’est dans le 04 : 69 millions d’euros de chiffre d’affaires, 66 % du produit brut végétal, sur seulement 4 % de la SAU, 1 690 emplois, soit 11,2 emplois pour 100 ha irrigués ». « Malheureusement, poursuivra le président, les surfaces irrigables ont baissé de 12% depuis 2000 dans notre département ».
Également évoquée par Frédéric Esmiol, la renégociation de la Pac : « la réforme de 2015 s’est traduite, comme souhaité, par un rééquilibrage des aides en faveur de l’élevage ainsi que de nos zones défavorisées. Mais nous savons déjà, que ces modalités de mise en oeuvre seront rediscutées prochainement ».
Sans oublier la réorganisation des chambres d'agriculture. Si le président a salué « le maintien des chambres départementales d’agriculture et la confirmation de leur autonomie de gestion », il déplorera « un déficit de communication » au sein du réseau des chambres, en dépit des efforts réalisés pour « faire des économies » et « rationaliser » leur organisation.

Les services environnementaux de l'agriculture

Mais c'est surtout sur les atouts de l'agriculture, et plus spécifiquement de l'agriculture de montagne
que Jean-Louis Cazaubon a préféré insister. « L'agriculture de montagne est d'utilité publique », a-t-il déclaré, après avoir rappelé les « services environnementaux de l'agriculture »...

Téléchargez la suite de l'article de l'Espace Alpin n°298 du 3 mars 2017