Prédation du loup (chiffres)

Les flux rss du siteImprimer la page

La région PACA et plus particulièrement le département des Alpes-Maritimes, est très fortement touchée par la prédation du loup avec près de 74 % du nombre de victimes.
Le loup élargit chaque année un peu plus son territoire, se rapprochant de plus en plus des milieux habités. Au-delà d'une problématique "d'élevage", la prédation du loup risque de devenir un problème de société si la situation perdure.

    Evolution 2017

     Bilan des attaques sur les cheptels au plan national

    du 1er janvier au 30 avril 20172017
    Nombre d'attaques406
    Nombre de victimes constatées1 608

     

    Prédation sur cheptels en PACA du 1er/01/2017 au 30/04/2017

    Nombre d'attaquesNombre de victimes
    Alpes de Haute Provence42124
    Hautes Alpes44
    Alpes-Maritimes158689
    Bouches-du-Rhône00
    Var118490
    Vaucluse820

     

    Total PACA : 1 327 victimes constatées pour 330 attaques

      Bilan 2016

       Bilan des attaques sur les cheptels au plan national

      du 1er janvier au 31 décembre2016
      Nombre d'attaques2 769
      Nombre de victimes constatées9 944

       

      Prédation sur cheptels en PACA du 1er janvier au 31/12/2016

      Nombre d'attaquesNombre de victimes
      Alpes de Haute Provence4641193
      Hautes Alpes236777
      Alpes-Maritimes8453079
      Bouches-du-Rhône732
      Var295926
      Vaucluse89

       

      Total PACA : 6 016 victimes constatées pour 1 855 attaques

      Les attaques sont permanentes, avec un pic en été. Elles interviennent de jour comme de nuit, rendant la surveillance du troupeau permanente et difficile. Les ovins représentent plus de 90 % des victimes.

        Bilan 2015

         Bilan des attaques sur les cheptels au plan national

        du 1er janvier au 21 décembre20152014
        Nombre de constats2 4272 231
        Nombre de victimes constatées8 8778 373

         

        Bilan des attaques sur les cheptels en PACA du 1er janvier au 21/12/2015

        Nombre d'attaquesNombre de victimes
        Alpes de Haute Provence4581 459
        Hautes Alpes208770
        Alpes-Maritimes8513 374
        Bouches-du-Rhône38
        Var278797
        Vaucluse915

         

        Total PACA : 6 623 victimes constatées, soit 75 % par rapport au national.

        Premier département par le nombre d’attaques et de victimes, les Alpes-Maritimes ont été particulièrement touchées en 2015 avec une augmentation par rapport à 2014.
        Plusieurs facteurs expliquent l'évolution de la prédation :  

        •  les zones « historiques » de présence des loups (meute Roya-Vésubie, Vésubie, Moyenne Tinée, etc.) continuent d’être des secteurs de très forte prédation.
        • Sur les secteurs de colonisation plus récente, les meutes s’installent dans la durée, en particulier dans les Préalpes de Grasse.
        • De nouveaux secteurs ont connus des attaques comme la commune d’Utelle, en basse vallée de la Vésubie, particulièrement problématique en début d’année, ou la haute-vallée du Var cet été.

        Les prélèvements

           

        Sur la période 1er juillet 2015-30 juin 2016, 36 loups ont été abattus. Le plafond de destruction étant atteint, un arrêté ministériel publié le 14 juin 2016, autorise la destruction de 2 loups supplémentaires.
        Lire l'arrêté

        Une pression insupportable pour les éleveurs

        Le seuil du supportable est largement dépassé. Pourtant la quasi-totalité des éleveurs ou groupements pastoraux pâturant en zone de présence du loup bénéficie de contrats de protection des troupeaux impliquant des changements de pratiques souvent lourds.

        Les Alpes-Maritimes cumulent tous les facteurs de vulnérabilité :

        • une exposition des troupeaux aux loups toute l’année, de janvier à décembre, grâce au climat méditerranéen qui permet le pâturage 12 mois sur 12 ;

        l’utilisation de très importantes surfaces de landes et de bois au pâturage, où l’approche furtive des loups est facilitée ;

        • la présence au pâturage la plus grande partie de l’année d’agneaux broutards avec leurs mères, que le berger doit conduire de façon beaucoup plus étalée dans l’espace, pratique peu compatible avec les contraintes de la protection.

        La pression est permanente sur les troupeaux et s’accentue encore. Vingt ans après, rien n’est stabilisé, une situation très difficile à vivre pour les éleveurs.

        Les mesures de protection des troupeaux : le dispositif 2015-2020

        La  mesure  de  soutien  à  l’adaptation  de  la  conduite  pastorale des  troupeaux  soumis  au  risque  de  prédation  par  les  grands prédateurs a pour objectif :

        • D'assurer  le  maintien  de  l’activité  pastorale  malgré  la présence de prédateurs en protégeant les troupeaux,
        • D'accompagner  les  éleveurs  dans  l’évolution  de  leur système  d’élevage  en  limitant  les  surcoûts  liés  à  la protection.


        Le dispositif 2015 - 2020 prévoit :

        • la reconduction des actions éligibles :

        ◊ une présence humaine renforcée,
        ◊ la  mise  en  place  de  moyens  matériels  (clôtures)  + appui de chiens de protection,
        ◊ la réalisation d’études de vulnérabilité.

        • de nouvelles modalités de gestion

        ◊ la prise en compte des différents modes de conduite : gardiennage, conduite en parcs,
        ◊ l’augmentation de la prise en charge des surcoûts du gardiennage/surveillance renforcé notamment  dans les parcs nationaux où désormais les mesures de gardiennage complémentaires peuvent être financées à 100 %.