Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

L’agriculture au cœur de la prévention

Session de la Chambre d'agriculture 13

La Chambre d'agriculture des Bouches-du-Rhône lance un plan renforcé pour développer des zones agricoles à caractère DFCI dans tout le département.

Les membres de la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône se sont retrouvés lundi dernier en session d’automne. Après un large tour d’horizon consacré à l’économie des filières et à une conjoncture agricole contrastée, les États généraux de l’alimentation ont ensuite dominé les échanges. Le président, Claude Rossignol, s’est félicité de la mobilisation des élus et techniciens de la Chambre d’agriculture pour leur investissement sur les trois journées et 16 ateliers organisés en Paca. Il a cependant regretté d’avoir dû batailler pour replacer la production et la question de la compétitivité de l’agriculture au cœur des discussions.

“Il nous faut absolument travailler sur une nouvelle mécanique de formation des prix, tenant compte des coûts de production”, a-t-il ajouté. “Un consensus, qualifié parfois d’historique, semble se dessiner sur ce point. Si nous voulons bien y croire, nous attendons maintenant des actes concrets et des engagements fermes de tous les acteurs !” C’est dit, les attentes de la profession sont fortes et les regards sont désormais tournés vers l’État et ses engagements.

Le temps fort de cette session d’au­tomne était consacré au nouveau plan que la Chambre d’agriculture lance pour réduire les risques d’incendies et reconquérir des zones agricoles.


Le pastoralisme, élément clé

Élu à la Chambre chargé de l’élevage ovin, Rémy Benson a présenté le contexte qui a conduit l’organisme consulaire à plancher sur le sujet : “2016 et 2017 ont été dramatiques sur le front des incendies. Des milliers d’hectares sont partis en fumée et le réchauffement climatique intensifie ce risque. Les zones agricoles DFCI et les massifs pâturés et entretenus ont été moins impactés et ont stoppé la propagation des incendies. Les cultures agricoles ont aussi joué un grand rôle sur toutes les zones touchées par les incendies.” La coupure agricole et l’entretien des zones DFCI par le pâturage peuvent largement contribuer à une lutte efficace contre ce fléau. Rien de nouveau sur ce point pour la profession, bien consciente de l’intérêt du pastoralisme et de l’agriculture au sein des espaces naturels. Il manquait peut-être un projet politique fort pour relancer ces pratiques. C’est aujourd’hui le cas. La Chambre d’agriculture et le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône se sont concertés afin d’élaborer une stratégie départementale de protection des massifs. “Elle s’appuie sur plusieurs piliers, la protection des massifs par le sylvo-pastoralisme ou la remise en culture de bandes cultivées et des abords de voies DFCI et si c’est possible, la mise en place de points ou de réserve d’eau”, rapporte Rémy Benson. 

Un vivier à reconquérir

Marie-Pierre Callet, vice-présidente du Département, a indiqué que ce plan d’action était porté par le FDGER, “un fonds qui permet aux agriculteurs d’acheter des terrains en friche, de les remettre en culture et de pouvoir bénéficier d’aides, ces terrains étant désormais considérés comme sites de prévention des risques incendies”. 

Les zones à protéger dans le département sont nombreuses et le chantier est colossal. Un vivier est à reconquérir. Les zones qui seront ciblées se mettront en place avec les services des pompiers pour élaborer des stratégies. Le Cerpam est le partenaire privilégié aussi sur le volet pastoralisme. Tout ce travail, qui consiste d’abord à échanger avec les collectivités et les propriétaires privés pour trouver des stratégies cohérentes et éviter tout morcellage avant de défricher, ne fait que commencer.

Deux sites pilotes

Deux sites pilotes sont déjà définis : la commune de Peynier et le secteur des Alpillles. La mairie de Peynier est déjà très engagée sur le sujet. Deux sites appropriés ont été ciblés pour le développement de ce plan sur la commune. Christian Burle, maire de Peynier, a insisté sur l’importance de définir un projet économiquement viable. Une zone forestière d’une trentaine d’hectares (ancienne zone agricole) qui bénéficie de l’eau du canal de Provence et classée en AOC Côtes de Provence est concernée. Une seconde zone, d’une quarantaine d’hectares également, a obtenu l’accord de l’INAO pour un classement en AOC Côtes de Provence. Elle ne dispose pas encore d’un accès à l’eau. Mais “dans la Vallée de l’Arc, beaucoup de viticulteurs sont déjà potentiellement intéressés par ces zones agricoles à caractère DFCI”, souligne Christian Burle. “C’est l’implication des collectivités, la volonté des maires et l’accès à l’eau, qui permettra le développement de ces zones agricoles à caractère DFCI dans le département”, concluait Claude Rossignol. n

Source Agriculteur provençal . Emmanuel Delarue