Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Mes P@rcelles : « Simplifier le quotidien des exploitants »

Grâce aux évolutions de ses fonctionnalités et parce qu’il répond aux besoins de tous les agriculteurs, l’outil continue de s’imposer.

Pour gérer leurs données économiques et prendre les décisions qui s’imposent sur l’exploitation, des agriculteurs de la France entière l’utilisent depuis une dizaine d’années. Lancé par les Chambres d’agriculture, le service en ligne Mes P@rcelles s’est progressivement imposé à toutes les filières et notamment, aux cultures pérennes. Ils seraient aujourd’hui près de 30 000 exploitants agricoles abonnés. Mais pour renforcer la présence régionale de ce service qui évolue au fil du temps, le réseau des Chambres d’agriculture continue de sensibiliser les agriculteurs. Une démonstration de son fonctionnement était organisée la semaine dernière à Aix-en-Provence. Le référent régional Paca, Jean-Pierre Plail a présenté les modules de Mes P@rcelles à une poignée d’oléiculteurs, viticulteurs et céréaliers, potentiels futurs utilisateurs.

Faciliter sa télédéclaration
La première des fonctionnalités est la gestion cartographique de l’exploitation qui permet de géoréférencer son parcellaire et de visualiser son assolement. « Les informations que l’utilisateur renseignera sur ce premier onglet pourront être exportées et récupérées directement depuis Télépac, ce qui simplifiera grandement la télé-déclaration », explique le conseiller. Ce sont les renseignements de cette base cartographique qui permettront ensuite de calculer précisément les surfaces et de saisir des interventions, de la préparation des sols à la récolte (fertilisation, phyto, volume d’eau, etc.).

Outil de suivi et d’échanges
Ce deuxième onglet, qui consiste à enregistrer ses pratiques et saisir les interventions sur son parcellaire, est bien le coeur de l’outil. « C’est cette partie du logiciel dont les agriculteurs se serviront au quotidien », indique le conseiller Mes P@rcelles. Il estime que « quelques minutes suffisent pour saisir les interventions du jour ».
Le principe est d’ailleurs de personnaliser son exploitation à l’aide de menus déroulants particulièrement exhaustifs. La finalité est de pouvoir conserver une trace technique facilement consultable et exploitable au fil des ans de ce qui a été réalisé mais aussi d’établir des prévisionnels d’interventions à transmettre à un prestataire ou à un employé. L’enregistrement des travaux à la parcelle permettra, en fonction du niveau de détail apporté, d’extraire de multiples données technico-économiques. « L’outil propose par exemple le suivi de ses charges par hectare et de calculer ses marges par parcelle, par culture et d’obtenir une analyse fine de ses coûts de production », détaille Jean-Pierre Plail.

Toutes ces informations, dont la sécurité et la confidentialité sont garanties, pourront faire l’objet de synthèses thématiques, d’éditions ou être échangées avec un conseiller selon la volonté de l’exploitant. Les données sur la traçabilité des interventions deviennent indispensables pour les audits de certification et de plus en plus exigées par les cahiers des charges.

Sécuriser et accompagner
Le troisième axe du service en ligne concerne la réglementation. « Mes P@rcelles a vocation à faciliter tous les enregistrements obligatoires tels que le registre phytosanitaire ou le cahier d’épandage en zone vulnérable nitrate pour être conforme avec la réglementation. » Il permet aussi d’accéder à une base phytosanitaire actualisée chaque semaine et de recevoir des alertes, ce qui sécurise encore plus les pratiques.
Les agriculteurs présents le 20 juillet à Aix ont pu découvrir un outil assez léger à manier au quotidien.
« La lourdeur de ce type d’outil est d’ailleurs en règle générale la grosse crainte des futurs utilisateurs », observe Jean-Pierre Plail. Après cette première démonstration, c’est le côté intuitif qui semblait séduire les participants. Chacun a pu mesurer de quelle manière Mes P@rcel les pouvait répondre à ses propres besoins. « C’est la partie suivi des coûts qui permet de savoir où l’on va », qui a par exemple convaincu un oléiculteur. Un directeur de production d’un domaine viticole y a vu quant à lui « la possibilité de répondre plus efficacement à la demande des commerciaux sur la maîtrise des coûts de revient des différentes cuvées produites ».
Au final, Mes P@rcelles se présente comme « un outil qui sécurise les pratiques d’un point de vue règlementaire et qui apporte un appui technique pour raisonner dans ses pratiques », résume Jean-Pierre Plail.

Quel coût pour l’exploitant ?
Cela dépend des formules mais le tarif de base est de 300 euros HT par an. Cette première formule comprend aussi différents services, notamment la possibilité d’être assisté en ligne et d’être accompagné pour effectuer sa déclaration Pac (gratuitement la première année, puis dans la limite d’une heure de déclaration). L’abonnement couvre également la formation initiale à l’outil, l’intégration du parcellaire, et
les formations de perfectionnement proposées chaque année.


Emmanuel Delarue

Pour tout savoir sur Mes P@rcelles, rendez-vous sur le site internet