Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Maraîchage : Un nouveau plan de “bataille” pour la filière

Un programme ambitieux à la hauteur des enjeux de la profession

 Avec la relance de l’investissement, la mise en place de formations spécifiques et une réorganisation de l’appui technique, de nouvelles perspectives s’ouvrent pour la profession.

C’est une petite révolution pour le monde du maraîchage régional. La filière s’est dotée d’un programme ambitieux à la hauteur des enjeux de la profession. La Région PACA vient de le valider. Ce projet visant à redynamiser les productions sous abris, la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône et son pôle Maraîchage y travaille depuis deux ans et demi. L’objectif était de relancer le développement d’outils de production, la clé de voûte économique du secteur.

Pour consolider le potentiel de production sous abris et favoriser la construction de nouvelles serres, les aides publiques sont indispensables. “Mais depuis plusieurs années, les aides nationales à l’investissement deviennent inaccessibles pour les producteurs de notre département”, déplore Claude Rossignol. 

En recherche de solutions, la Chambre d’agriculture a constitué une délégation de maraîchers qui s’est rapprochée de serristes aquitains, qui bénéficient d’un soutien spécifique. “Depuis quelques années, la Région Aquitaine a en effet mis en place un système alternatif dans lequel le Conseil régional sert de pivot pour le déclenchement d’aides supplémentaires à l’investissement”, rapporte le président de la Chambre d’agriculture. 

Fort de ce constat, l’équipe de la Chambre des Bouches-du-Rhône s’est chargée de monter un programme de financement similaire défendu avec la région Paca et le soutien de Michel Saffin et Monique Aravecchia.

Pour présenter aux maraîchers ce plan de relance, la Chambre d’agriculture avait organisé un rendez-vous dans un lieu hautement stratégique, la base aérienne de Salon-de-Provence. Un cadre symbolique et propice à cet événement fédérateur pour la profession.

Pour continuer d’investir malgré tout

Le schéma financier d’attribution des aides dédiées à l’investissement pour le sous abris (maraîchage et horticulture) pour la région Paca dépendait jusqu’à aujourd’hui d’un dispositif national (le P3A) géré par FranceAgriMer. Comme le rapportait Sébastien Attias, le chef de pôle développement technique de la Chambre d’agriculture, “FranceAgriMer restait le déclencheur des aides nationales dont les modalités de versements étaient principalement indexées sur le critère de l’innovation”. Et c’est ce critère très restrictif qui a fait obstacle au financement de la plupart des projets en région, “car sans aides FranceAgriMer, un projet pourtant solide ne pouvait pas non plus émarger sur les soutiens de la Région et du Département”, poursuit Sébastien Attias.

À titre d’exemple, sur une dizaine de dossiers traités sur 2015/2016, seuls deux d’entre eux ont été retenus pour l’ensemble de la région Paca, quand bien même il s’agissait de projets sérieux. 

S’inspirant de la démarche des maraîchers aquitains, qui ont sollicité leur Région, les maraîchers provençaux ont eux aussi su convaincre leur collectivité de soutenir leurs projets d’investissements à l’avenir. Et le changement annoncé n’est pas des moindres.

“La commission P3A restera la cellule nationale d’attribution des aides de l’État, mais retenus ou pas, les dossiers régionaux pourront bénéficier d’un co-financement à hauteur de 40 %”, détaille Sébastien Attias. 

La Région PACA a d’ores et déjà modifié ses règles d’attribution dans ce sens, ce qui signifie que dès le prochain appel à projets national, des aides “locales” pourront être déclenchées, pour financer les projets des exploitations de la région PACA.

Toujours à l’image du modèle “aquitain” et de son dispositif “Agri Abri”, la Chambre régionale d’agriculture PACA devrait également se doter prochainement d’un spécialiste en charge de la gestion des financements pour le montage des dossiers.

Avec l’Aquitaine, PACA (dès 2018) est la seule région à connaître cette petite ‘révolution’ dans le dispositif d’attribution des aides à l’investissement pour la construction de serres. Ces soutiens à l’investissement devraient profiter aux départements maraîchers des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, mais concernera aussi les départements côtiers avec l’horticulture.

Cautionnement renforcé pour rassurer les banques

L’autre point fort obtenu dans ce plan de relance cible la question des garanties financières indispensables à fournir aux banquiers, mais jusque-là très lourdes pour les porteurs de projets.

La Région PACA va lancer un dispositif dès janvier 2018 qui garantira un montant de cautionnement de 150 000 € à 600 000 € selon les investissements. Il concernera principalement le maraîchage, l’horticulture, mais aussi l’arboriculture. Là aussi, on imagine que de telles garanties seront de nature à changer la donne et les discussions auprès des financeurs.

Avec cette mobilisation pour relancer l’investissement, la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône a également souhaité inclure dans ce plan de relance, la formation et la technique. Pour répondre aux besoins actuels des exploitations modernes, un programme de formations sera mis en place en septembre 2018, avec le lycée agricole de Fontlongue de Miramas. Ces nouvelles formations concerneront les chefs de culture et les seconds d’exploitation et seront assurées par apprentissage. Pour être proche des préoccupations du terrain, un comité de pilotage a été créé, avec l’objectif d’orienter le programme de ces formations.

Une nouvelle organisation des Ceta

Enfin, le rôle des Ceta et de leurs conseillers techniques a aussi été inscrit au cœur du dispositif. Les Ceta du département regroupent aujourd’hui un tiers des maraîchers. “Ces structures permettent une mission technique indispensable au développement de la production. Il était donc indispensable de les inclure dans notre réflexion et dans le plan de relance”, souligne Claude Rossignol.

Par le biais de la Fédération départementale des Ceta maraîchers des Bouches-du-Rhône présidée par Gilles Belenguier, une équipe et les conseillers des 8 Ceta vont travailler à la mise en place d’un pôle de compétences techniques. Ce pôle aura la vocation de mutualiser les compétences de tous les conseillers et la Fédération départementale des Ceta sera l’animatrice de ce dispositif. Les adhérents au réseau des Ceta pourront donc avoir accès aux conseils des différents techniciens spécialisés. Encore une fois, cette ré-organisation des Ceta sur un territoire semble unique. 

Les volets financiers mais aussi techniques du dispositif de ce plan de relance ouvrent décidément de nouvelles perspectives de progrès à toute une filière.

Source : Agriculteur Provnçal, Emmanuel Delarue

Au complet, la cheville ouvrière du nouveau plan de bataille pour la relance du maraîchage et des productions sous serre de la région PACA