Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Faciliter la cohabitation entre éleveurs et touristes

Suite à une première expérience réussie l’an dernier, des actions de maraudage sont réitérées durant toute la période estivale dans la vallée de l’Ubaye.

La première expérience, effectuée l’an passé, ayant été un succès, il n’y avait aucune raison de ne pas la réitérer. C’est en substance ce qu’a exprimé Jan Behets, maire de Saint-Paul-sur- Ubaye, à l’occasion d’une réunion organisée à destination des éleveurs et autres professionnels du pastoralisme pour leur présenter les actions portées par la commune et la communauté de communes de la vallée de l’Ubaye Serre-Ponçon en partenariat avec les services de l’Etat et la Chambre d’agriculture des Alpes de Haute-Provence en vue d’améliorer la cohabitation entre les éleveurs-bergers et les autres usagers de la montagne que sont notamment les randonneurs.

L’enjeu n’est au reste pas tant la relation de bon voisinage que la sécurité desdits usagers dans un département où les alpages sont peuplés de patous durant toute la période d’estive. Pour rappel, on compte environ 800 patous, selon la DDT, sur l’ensemble du département.
Malgré un incident très médiatisé sur le secteur du Maljasset en août dernier, aucun accident grave n’a été à déplorer dans les Alpes-de- Haute-Provence. Ce n’est pas le cas partout et un drame comme celui qu’a connu cette randonneuse grièvement blessée par des chiens de protection dans l’Isère est un avertissement à ne pas prendre à la légère.

Reste à bien définir comment communiquer. Un flyer à destination des professionnels a été imprimé à cet effet. « Le point d’entrée est le pastoralisme. Il s’agit de dire qu’en montagne, on a des droits et des devoirs », a résumé ainsi Jan Behets. Il s’agit de rappeler aussi que les chiens de protection ne sont pas là pour le plaisir, mais bien par suite du retour du loup dans les Alpes françaises.
Action phare de l’initiative : le recrutement d’un maraudeur, dont la mission sera dès le 10 juillet et pour toute la saison d’aller à la rencontre des promeneurs. Cette action de médiation sera assurée par Thierry Oger, berger de métier, qui ira ainsi cinq jours par semaine (contre deux journées hebdomadaires en 2016), du dimanche au jeudi, expliquer aux touristes, que « les patous ne sont pas là pour privatiser la montagne » et qu’il vaut mieux éviter de les accueillir avec des pierres et des bâtons.

Téléchargez la suite de l'article