Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Auzet : le nez dans les prairies fleuries

Dans le cadre du concours des Prairies fleuries, des élèves de Carmejane se sont rendu dans le Massif des Monges.

Notre département est riche en belles prairies naturelles. Au mois de juin viennent éclore une grande diversité de fleurs. Les éleveurs des zones de montagne nourrissent leurs troupeaux mais sont aussi garants d’une biodiversité d’altitude unique.
Chaque année, le lycée agricole de Digne-Carmejane (04) participe au concours des Prairies fleuries en organisant un « jury élèves ». Pour cette nouvelle édition, les élèves de BTS1 « production animale » ont été accompagnés par des experts du syndicat mixte du Massif des Monges, de la Chambre d’agriculture des Alpes de Haute-Provence et d’un botaniste, Bernard Overal.

Au cours de deux journées consécutives, courant mai, deux éleveurs d’Auzet, Christian Isoard et Aude Pourroy se sont prêtés au jeu du diagnostic prairial. Sur l’une des prairies, 69 plantes ont été identi- fiées, dont la gentiane croisette qui abrite l’azuré de la croisette, papillon en voie de disparition et protégé (lire ci-dessous). Les échanges avec les éleveurs ont complété ce relevé afin d’affiner la compréhension des pratiques culturales.
Ainsi, les deux éleveurs visités ont choisi de mettre en place une MAEC retard de fauche aJn de préserver le renouvellement de la prairie et de sauvegarder des espèces d’insectes et d’oiseaux comme la caille des blés. Les dossiers fournis par les étudiants de Carmejane seront analysés et mis en compétition au niveau national avec ceux de 14 autres lycées agricoles afin que le ministère de l’Agriculture récompense le travail d’une classe lors du Salon de l’agriculture 2018.
Ce concours favorise les échanges intergénérationnels et met à l’honneur le travail de nos éleveurs de montagne, la qualité des fromages et de la viande qu’ils produisent grâce aux prairies naturelles, le tout en préservant la biodiversité.

Caroline Barbot,
Chambre d'agriculture 04

 

Un papillon élevé par des fourmis
L’azuré de la croisette (Maculinea rebeli) est un papillon du genre Maculinea. Le nom d’azuré vient de la couleur bleue des ailes des mâles. Sa vie dépend d’une fleur et d’une fourmi spécifiques, indispensables à la croissance des chenilles. En été, les femelles pondent leurs oeufs sur les boutons floraux de leur plante associée. Après éclosion, la chenille dévore l’intérieur des fleurs en y restant cachée pendant 3 à
4 semaines. Les chenilles sortent des fleurs et se laissent tomber au sol. Elles émettent une odeur particulière qui attire certaines fourmis rouges et les préserve de leur agressivité. Les chenilles sont adoptées et transportées au nid. Les chenilles sont nourries pas les ouvrières avec la bouillie préparée pour les larves de la colonie.
Elle va ensuite hiverner chez son hôte, cessant son activité en même temps que les fourmis pour la reprendre au printemps. Au début de l’été, elle devient papillon. Certaines pratiques menacent l’existence de la gentiane croisette et donc la vie de l’azuré, qui est protégé en France et inscrit sur la liste rouge des animaux menacés dans le monde. Les principales menaces qui pèsent sur l‘Azuré de la croisette relèvent de l'abandon des pratiques agropastorales traditionnelles (pâturage extensif), de l'enrésinement (plantation d’épicéas), de l'intensification des activités agricoles (fertilisation accrue, sursemis, retournement, etc.).
Source : PNR du Haut-Jura