Parole d'Élu

Les flux rss du siteImprimer la page

Un été studieux…

23 juin 2017,

5 milliards d'euros d'investissement, c’est la somme annoncée par le président de la République pour financer le plan d’investissements proposé à l’issue des états généraux de l'alimentation.
Présentés pendant la campagne présidentielle, les états généraux de l'alimentation débuteront début juillet. Pilotés par le ministère de l'Agriculture et de l'alimentation, il s’agit d’accompagner la transformation du monde agricole en incitant les producteurs à se regrouper pour vendre ensemble et que, filière par filière, on trouve l'organisation qui permette à chacun d'avoir un vrai partage de la valeur ajoutée avec l’industrie agroalimentaire et la distribution.

Souhaitons qu’il ne s’agisse pas d’une énième discussion autour de la valeur ajoutée, sujet cuisiné à toutes les sauces par les gouvernements qui se sont succédé depuis vingt ans et pour lequel le risque est grand qu’on nous resserve les vieilles recettes, quitte au final à en garder un goût amer. Alors oui, les agriculteurs veulent vivre dignement du prix payé de leurs produits. On l’a dit et réaffirmé, les aides doivent contribuer à sécuriser l’économie de nos entreprises pour libérer les initiatives et encourager l’innovation : le dossier de ce numéro consacré à la filière PAPAM en est le parfait exemple.

Oui, les agriculteurs souhaitent un vrai partage de la valeur ajoutée dans le cadre d’une démarche « gagnant gagnant » avec les différents acteurs de la transformation et de la distribution. Là encore, des pratiques et démarches réussies existent, n’hésitons pas à nous en inspirer pour faire évoluer à l’échelle nationale ces relations déloyales.

Oui à l’adaptation du modèle productif de ces trente dernières années afin de répondre davantage aux attentes des consommateurs, pour préserver notre souveraineté alimentaire tout en améliorant nos pratiques culturales et en portant une grande attention à la qualité de nos produits. Les actions engagées à ce titre sont nombreuses et les agriculteurs volontaires pour tester et expérimenter les évolutions qui permettront de renforcer la relation de confiance avec les consommateurs et donner de la dignité aux producteurs. Ce début d’été est déjà chaud et la suite s’annonce studieuse. Souhaitons que ce soit les bons ingrédients pour des états généraux de l’alimentation qui ne tournent pas au vinaigre dès le premier orage…

David Frison,
vice-président de la CA 04