Parole d'Élu

Les flux rss du siteImprimer la page

Dégâts de sangliers, des pistes à étudier

22 décembre 2017,

Agriculteurs et chasseurs partagent le même ras-le-bol. Des dégâts de sangliers et de leur coût, mais s’opposent parfois sur les solutions. La réunion organisée conjointement par la Fédération départementale des chasseurs et la Chambre d’agriculture à Marcoux témoigne d’un début de solution.

En présence, d’une cinquantaine d’agriculteurs et de chasseurs, les deux parties ont pris le temps de s’écouter. Bien évidemment, la destruction des cultures et les dégâts récurrents sur les prairies et les espaces pastoraux ont donné lieu à quelques envolées lyriques. Mais l’essentiel n’est pas là.

Au moment de discuter des solutions, chasseurs et agriculteurs se sont écoutés. Mieux, ils ont convenu que la solution s’appuyait sur des démarches communes. Ainsi, il a été unanimement décidé de revendiquer la possibilité de chasser en battue, à l’affût ou à l’approche, six jours sur sept même par temps de neige et cela jusqu’au 28 février. Cette demande de modification de l’arrêté préfectoral sera portée conjointement auprès de l’administration.

Si les chasseurs ne fuient pas leurs responsabilités, ils demandent en contrepartie à pouvoir les exercer et font des propositions. S’agissant de la régulation des populations de sangliers dans les secteurs où à l’issue de la période de chasse on les dénombre en trop grand nombre, la Fédération des chasseurs revendique la possibilité de pouvoir organiser des battues par anticipation des dégâts, entre le 1er mars et le 31 mai, à son initiative et en conservant la venaison.

La Chambre d’agriculture soutiendra cette demande.
Au final, même si la solution miracle n’existe pas, ce seront des petites adaptations de la réglementation et une volonté commune qui feront baisser la pression des dégâts pour revenir à une situation normalisée.

Consultez notre page sur les dégâts de gibiers

Olivier Pascal
Secrétaire de la Chambre d’agriculture 04