Parole d'Élu

Les flux rss du siteImprimer la page

L'impasse…

25 août 2017,

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Au 31 juillet, le nombre des attaques de loups et des bêtes indemnisées est en augmentation dans notre département de plus de 15%. Malgré la généralisation des mesures de protection, le loup poursuit son oeuvre dévastatrice.
Les attaques sont à proximité des lieux d’exploitation et souvent pendant la journée. La présence en nombre de chiens de protection - on en comptabilise 800 dans notre département - multiplie les conflits d’usage et crée de la culpabilité chez l’éleveur, là où il est victime de l’incurie des élus et des pouvoirs publics.
Attaché à s’assurer la paix sociale, l’Etat dépense sans compter. Un loup coûte aujourd’hui à la société l’équivalent de 3 salariés au Smic…

La facture s’élève désormais à 22 millions d’euros. 22 millions d’euros sont dépensés pour financer à concurrence de 18 millions d’euros les mesures de protection, 2 millions d’euros pour les indemnisations et enfin, 2 millions d’euros pour la rémunération des personnels en charge de ce dossier.

Depuis 1993, le loup a tué 72 000 bêtes, sans compter le lourd tribut payé par la faune sauvage et plus particulièrement, les mouflons qui ont disparu dans certains secteurs.
Face à un coût démesuré et exponentiel, des mesures de protection insuffisantes pour se parer de toute attaque, la souffrance et le désespoir des éleveurs confrontés à la prédation, il n’est pas trop tard pour agir.

Dès cet automne, des discussions seront engagées pour définir le contenu du futur plan d’Action National Loup. Profitons-en pour sortir de l’impasse et mettre en oeuvre des mesures de régulation à la hauteur du drame que subissent les éleveurs.
Aucune coexistence ne sera envisageable, tant que nous ne disposerons pas à l’échelle départementale d’un dispositif agile et réactif permettant de réguler la population de loup et d’éliminer le prédateur en proximité des troupeaux. C’est l’unique solution pour rétablir l’équilibre entre les brebis et le loup.

Michel Margaillan,
Responsable du dossier loup à la Chambre d’agriculture 04