Hauts de Provence Rhodanienne

Les flux rss du siteImprimer la page

Un projet territorial pour irriguer un territoire qui manque d'eau.

Les Chambres d'Agriculture en action

Le projet de territoire « Hauts de Provence Rhodanienne » est porté par la Chambre d’agriculture de Vaucluse, en partenariat avec la Chambre régionale PACA, la SAFER et la Préfecture de Vaucluse. Il associe également la CDA26, les organismes professionnels représentant les irrigants et les réseaux d’irrigation, et tous les acteurs institutionnels de la gestion de l’eau.

Il s’agit pour la Chambre d’agriculture de proposer des solutions d’adaptation au changement climatique aux agriculteurs situés dans un périmètre comprenant trois bassins versants affluents du Rhône, déficitaires en eau.  Ceci en concertation avec tous les acteurs du territoire, sous le pilotage du Préfet de Vaucluse.

Le projet est innovant dans le sens où il est unique et inédit dans tout le bassin Rhône Méditerranée par l’ampleur de son périmètre (80.000 ha de SAU), par la mobilisation de nombreuses équipes au sein des Chambres, des OPA, des organismes de recherche (IRSTEA, INRA …).

La Chambre de Vaucluse anime l’ensemble du projet qui comprend un diagnostic agricole approfondi, une enquête de besoins en eau et des propositions d’adaptation par la modernisation des réseaux d’irrigation existant et/ou l’extension de réseaux d’irrigation à partir du fleuve Rhône.



Historique du projet "Hauts de Provence rhodanienne"

Un triple constat dressé par la Chambre d’agriculture de Vaucluse dès 2003 :

  • Absence de desserte du tiers nord du territoire vauclusien par une ressource en eau sécurisée
  • Annonce de restrictions sur les différentes ressources utilisées par les irrigants :

Réduction des prélèvements sur les 3 affluents Lez, Aygues et Ouvèze pour conserver un bon état écologique des cours d’eau,

Réduction des prélèvements dans la nappe du Miocène pour protéger cette ressource patrimoniale destinée à l’eau potable des générations futures,

Réduction des prélèvements dans la Durance, donc sur le Canal de Carpentras qui dessert le Vaucluse jusqu’à Camaret-sur-Aygues, en lien avec la tension grandissante sur cette ressource du fait de l’urbanisation de la métropole Marseille-Provence.

  • Existence de grands projets hydrauliques démontrant la faisabilité et l’intérêt des réseaux d’irrigation, à l’étranger mais aussi en France avec Aqua Domitia et, plus près, les extensions de réseaux sous pression de la SCP et du Canal de Carpentras.

Le territoire du projet d'irrigation "Hauts de Provence Rhodanienne"

Une aire d'étude de 1620 km2 sur 3 bassins versants : Lez, Aygues, Ouvèze.

  • 81 communes (47 vauclusiennes et 34 drômoises) et 200 000 habitants,
  • 70 500 hectares agricoles et 3 800 exploitations,
  • 60 millions de m3 actuellement prélevés (irrigation collective + individuelle + autres usages),
  • Contrainte administrative : 9 millions de m3 sont à économiser pour préserver le bon état des cours d’eau / des nappes.

Les besoins en eau du territoire : un facteur déclenchant

Les besoins en eau pour l'agriculture

Les besoins de nouvelles ressources en eau pour l’agriculture de ce territoire (étendu au sud de la Drôme) sont évidents,

  • en lien avec les restrictions imposées sur les prélèvements dans les ressources actuellement utilisées par les irrigants,
  • et avec les effets du réchauffement climatique qui rend indispensable l’irrigation y compris des cultures traditionnellement pratiquées « en sec ».

Les besoins concernent ainsi aussi bien les irrigants actuels que les agriculteurs qui n’ont jamais eu accès à l’eau.

Autres besoins non agricoles 

Le Projet Territorial ne concerne pas que l’irrigation agricole, mais tous les besoins du territoire :

  • Les entreprises,
  • Les particuliers,
  • Les collectivités : défense incendie et prévention des risques feu de forêt, arrosage des espaces verts…
  • Les syndicats d’eau potable : un apport en eau brute sur les territoires permettra d’alléger la pression sur une ressource en eau potable parfois elle aussi sous tension. L’eau potable est  utilisée dans certains cas par défaut, là où l’eau brute serait parfaitement adaptée (arrosage, défense incendie…).

Un projet, 3 objectifs

1. Recenser tous les usages actuels et les besoins en eau + vision prospective 2040

2. Etudier les pistes d’économie d’eau 

Le travail est inscrit à plus brève échéance dans l’élaboration des PGRE (Plans de Gestion de la ressource en Eau). Il consiste à identifier toutes les opérations à réaliser pour économiser des volumes, tous acteurs confondus.

Les réseaux collectifs d’irrigation (ASA), seront ainsi amenés à inscrire dans les PGRE des chantiers de modernisation des réseaux pour économiser l’eau puis pourront être ensuite concernés, dans le cadre du projet HPR, par une substitution de l’eau du Rhône aux ressources qu’ils utilisent aujourd’hui, et qui sont déficitaires.

3. Dessiner les contours d’un futur projet de mobilisation de ressources alternatives

Les prélèvements agricoles actuels dans le Rhône, de la source à l’embouchure, représentent 1 jour de débit moyen du Rhône. Sur le territoire Hauts de Provence Rhodanienne,  les droits d’eau, existants, ne seront utilisés que partiellement, même avec la réalisation du projet.

Cet objectif est décliné en différents axes : 

  • Les scénarios,
  • Les aménagements hydrauliques,
  • Le coût et le financement,
  • La gouvernance.

Vers le haut

Coût du projet

Des études :  500 000 €. 

Les travaux, par tranches (plusieurs axes, plusieurs paliers) : 255 millions d'euros
(en mobilisant des fonds européens ).

Ramené à la commune (80 communes) et à la durée du projet (30 ans) le coût s'élève à 100.000 euros /an /commune.

Avec 80% de subvention (le projet permettra notamment de mobiliser des fonds européens), il représentera 20 000 euros d’investissement par commune et par an.

Comparons ce coût aux Calamités agricoles !

Sur un coût global de 150 millions d’euros par an en France, 100 millions concernent des calamités liées à la sécheresse. 

Vers le haut

Calendrier

Les premières études ont démarrées le 1er mars 2017.

L'urgence est de pouvoir dimensionner le projet pour l’inscrire dans la prochaine période de programmation des financements européens qui s’ouvre en 2020. 

Les travaux s’inscriront donc dans un calendrier démarrant en 2020 et inscrit dans le long terme, avec des secteurs où des travaux pourront être engagés rapidement, d’autres dans un pas de temps plus long, en fonction des besoins de chaque secteur, des solutions techniques adaptées localement et du coût prévisionnel établi par les études.

Vers le haut


Hauts de Provence Rhodanienne : un projet porté par la Chambre d'Agriculture et la Préfecture du Vaucluse

Vos conseillers

Chambre d'Agriculture du Vaucluse
Lauriane CHAMBON
04 90 23 65 13
lauriane.chambon@remove-this.vaucluse.chambagri.fr

Direction Départementale de Territoires de Vaucluse
04 88 17 87 55


Le Projet territorial

Sécuriser l'alimentation en eau des différents usagers du territoire 

Connaître (aujourd'hui et à horizon 2050)

  • les dynamiques agricoles
  • Les besoins en eau agricole et non agricole

Identifier

  • Les secteurs où des économies d'eau sont réalisables
  • Les secteurs où la substitution par une ressource en eau comme le Rhône présente un intér^^et

Pouvoir

  • Mettre en place une gouvernance sur la gestion équilibrée des ressources en eau locales
  • Diminuer la pression sur les ressources en eau locales
  • Dynamiser l'économie agricole locale

Nos grands pères nous ont légué le barrage de Serre-Ponçon, 

Nos pères l'irrigation sous pression dans le Calavon et le Ventoux.

Avec ce projet, nous souhaitons assurer aux générations futures l'irrigation sous pression dans les Hauts de Provence Rhodanienne. 

André BERNARD, 
Président de la Chambre d'Agriculture du Vaucluse